Plus informations - vers chevaux

1. Ascaris


Les ascaris des chevaux sont les Parascaris equorum, les Parascaris univalens. Ils appartiennent aux nématodes. L’ascaris migre de l'intestin grêle vers le foie et les poumons. Ce ver peut atteindre 50 cm de hauteur.

1.1. Traitement

Administrer un traitement vermifuge approprié est la seule façon de garantir la santé de votre animal. Le principe actif et le dosage dépendent de la race, du poids et d'autres facteurs.

1.2. Transmission

Il y a transmission des ascaris en général, uniquement lorsque les chevaux et les ânes sont maintenus ensemble, car les ânes sont les porteurs naturels. Les larves infectieuses sont ingérées par le biais de l'alimentation. Les poulains sont particulièrement sensibles, les chevaux de plus de 18 mois sont généralement immunisés.

1.3. Risques en cas de non-traitement

Les risques en cas d’infestation des Ascaris sont :

- Pneumonie, toux, problèmes respiratoires

- Gonflement du foie

- Abdomen gonflé

- Refus de nourriture et émaciation

- Colique, rupture intestinale, péritonite

1.4. Risque avec un traitement approprié 

Si le traitement vermifuge est administré correctement, il y a un risque que le traitement vermifuge ne fonctionne pas en raison d'une résistance ou d'une absorption incomplète. Par conséquent, il convient de procéder à un nouveau test de dépistage des vers deux semaines après l'administration pour s'assurer que le traitement a été efficace.

1.5. Symptômes

Un cheval infesté par les ascaris peut présenter les symptômes suivants :


- Augmentation de la température corporelle (chez les chevaux jusqu'à l'âge de 2 ans)

- Toux (chez les chevaux jusqu'à 2 ans)

- Mal être

- Écoulement nasal

2. Strongles


Parasite qui, en raison de sa taille et de sa morphologie, est divisé en deux sous-groupes, les petits strongles et les grands strongles. Les petits strongles se trouvent dans pratiquement toutes les écuries des pays européens (jusqu'à 67% des chevaux en Allemagne sont infestés), tandis que les grands strongles se trouvent dans moins d'1% des chevaux.


Important : Sous le microscope, il n'est pas possible de distinguer les petits et les grands strongles. Pour cela, il est nécessaire de recourir à la culture des larves ou à des techniques de biologie moléculaire. Cependant, l'ingrédient actif pour le vermifuge est le même. Un traitement vermifuge approprié permet donc de lutter contre les petits et les grands strongles.

2.1. Quand faut-il traiter les strongles ?

Test de vers standard

L'analyse du test de vers standard fournit des informations sur la force de l'infestation, mais pas sur le nombre exact d'EpG. Pour la vermifugation sélective, il est nécessaire d'obtenir le nombre exact d'EpG (œufs par gramme), qui est déterminé par le comptage des œufs. Cette procédure est proposée dans notre test de vers Pro (voir ci-dessous).

- Pas d'infestation (-) : Dans ce cas, vous n'avez pas besoin de commencer le traitement.

- Légère infestation (+) / Moyenne infestation (++) / Lourde infestation (+++) : Si votre quadrupède est infesté de strongles, il faut le traiter, quelle que soit la gravité de l'infestation, même si aucun symptôme n'est visible.


Test de vers Pro

- 0 EpG : Dans ce cas, vous n'avez pas besoin de commencer le traitement.

- < 200 EpG : Un traitement est à adapter selon ces critères :

o Les jeunes chevaux (< 5 ans) et les poulains doivent être vermifugés en cas d'infestation par des Strongles, quel que soit le nombre d'EpG.

o Les chevaux présentant des symptômes visibles doivent être traités

- > 200 EpG : Si plus de 200 EpG ont été trouvés chez votre cheval, le traitement doit être administré même si aucun symptôme n'est visible.

2.2. Comment traiter les strongles ?

Les strongles peuvent être traités facilement et efficacement par des traitements vermifuges appropriés. Le principe actif et le dosage dépendent du poids et d'autres facteurs. La vermifugation correcte des poulains doit être discutée avec le vétérinaire.

Remarque : même s'il est administré correctement, il existe un risque résiduel que le traitement vermifuge ne fonctionne pas en raison d'une résistance ou d'une absorption incomplète. Pour s'assurer de la réussite du traitement, il est donc recommandé de procéder à un nouveau test de dépistage des vers 3 à 4 semaines après l'administration du traitement vermifuge.

2.3. Symptômes

Une infection par les petits strongles peut dans certains cas, même en cas d'infestation grave, se dérouler sans symptômes. C'est pourquoi il est important de procéder à des tests réguliers. Les symptômes suivants peuvent indiquer une infestation par des petits strongles :

- Emaciation

- Diarrhée aiguë

- Colique

- Perte de poids

- Fièvre

Une infection par des grands strongles est une maladie grave et entraîne souvent la mort si elle n'est pas traitée. Les symptômes suivants peuvent indiquer une infestation par les grands strongles :

- Diarrhée

- Faiblesse

- Emaciation

- Anémie

- Colique

- Douleurs d'estomac

- Péritonite (souvent le symptôme le plus évident)

- Fièvre

- Thrombose

2.4. Quand devriez-vous voir un vétérinaire ?

Vous devriez voir un vétérinaire si votre cheval présente un ou plusieurs des symptômes ci-dessus pendant plusieurs jours. Nous vous recommandons également de contacter votre vétérinaire traitant pour obtenir des conseils approfondis sur la bonne manière de déparasiter votre animal.

2.5. Que se passe-t-il lors d'une infestation de strongles ?

Les larves sont ingérées pendant le pâturage, mais aussi par contact corporel direct, par des aliments et de l'eau contaminés et par des écuries infectées. En raison de la grande circulation des petits strongles, une hygiène régulière doit être assurée dans les écuries et les boxes.


Après ingestion, les larves migrent dans l'intestin, creusent un trou dans la muqueuse intestinale et s'y installent. Pendant les mois d'hiver, ils s'encapsulent dans la paroi intestinale, perdent leur peau puis migrent à nouveau dans la lumière intestinale au printemps et excrètent leurs œufs.


Les gros strongles ne retournent pas immédiatement dans l'intestin, mais traversent la paroi intestinale pour atteindre les vaisseaux sanguins et commencent à infecter d'autres organes. Ici, en plus des symptômes mentionnés ci-dessus, ils provoquent des nœuds et des lésions tissulaires considérables. Comme les petits strongles, ils libèrent ensuite leurs œufs dans l'intestin, qui sont excrétés et se développent en larves infectieuses dans la zone environnante.


2.6. Les strongles sont-ils dangereux pour mon cheval ?

Chez les jeunes chevaux et les poulains, l'infection par les petits strongles entraîne souvent une cyathostomose larvaire, une maladie causée par la migration susmentionnée des larves initialement encapsulées. Dans le même temps, des zones de la paroi intestinale sont percées et des artères détruites. Au cours de ce processus, les symptômes mentionnés ci-dessus et une muqueuse intestinale gravement endommagée se développent.


Les grands strongles entraînent la mort des tissus en raison de leur migration dans l'organisme et de la thrombose (obstruction des vaisseaux sanguins) qu'ils provoquent. Si elle n'est pas traitée, elle peut se déchirer et entraîner la mort du cheval.

2.7. Les strongles sont-ils dangereux pour nous, les humains ?

Il n'y a aucun danger d'infection par les strongles pour l'homme.

2.8. Termes médicaux

Strongles : infeste les ânes, les mules et les zèbres en plus des chevaux.


Cyathostomines : Petits strongles, dont 67 % des chevaux en Allemagne sont infectés.


Les espèces S. vulgaris, S. edentatus et S. equinus : grands strongles


Colique : problèmes de santé du tube digestif, qui se manifeste par de fortes douleurs et des crampes abdominales. Les coliques peuvent entraîner une obstruction intestinale et la mort.


Lumière intestinale : cavité de l'intestin

2.9. Littérature

ESSCAP Guidelines Nr. 8 (2019): A guideline to the treatment and control of equine gastrointestinal parasite infections


Hinney, Barbara, et al. (2011): "Prevalence of helminths in horses in the state of Brandenburg, Germany." Parasitology research 108.5 1083


Greite, Lena. (2013): Untersuchungen zur Verbreitung von Strongylus vulgaris im Rahmen der selektiven Entwurmung bei Pferden in Süddeutschland. Diss. lmu


Meier, A., and H. Hertzberg. (2005): "Strongyliden beim Pferd. I. Resistenzentwicklung gegen Anthelminthika." Schweizer Archiv für Tierheilkunde 147.9 381-388

3. Strongloides westeri

Les strongloides westeri sont des parasites que l'on trouve chez les poulains (< 6 mois) et les jeunes chevaux. Ils sont relativement petits (1 cm) et infestent environ 0,5 % des chevaux.

3.1. Quand faut-il traiter les strongloides westeri ?

Notre recherche sur les strongloides westeri peut aboutir à quatre résultats différents :


- Pas d'infestation (-) : Dans ce cas, il n'est pas nécessaire d'entamer un traitement


- Légère infestation (+) / Moyenne infestation (++) / Lourde infestation (+++) : Si votre cheval est infesté par des strongloides westeri, un traitement doit être effectué et ce quel que soit le degré d'infestation et même si aucun symptôme n'est visible.


3.2. Comment traiter les strongloides westeri ?

Les strongloides westeri peuvent être traités facilement et efficacement par des traitements vermifuges appropriés. Le principe actif et le dosage dépendent du poids et d'autres facteurs. La vermifugation correcte des poulains doit être discutée avec le vétérinaire.


Remarque : même s'il est administré correctement, il existe un risque résiduel que le traitement vermifuge ne fonctionne pas en raison d'une absorption incomplète. Pour s'assurer de la réussite du traitement, il est donc recommandé de procéder à un nouveau test de dépistage des vers 3 à 4 semaines après l'administration du traitement vermifuge.

3.3. Symptômes

Une infection par les strongloides westeri est dans de nombreux cas asymptomatique, en particulier chez les chevaux âgés (6 mois). C'est pourquoi il est important de procéder à des tests réguliers. Les symptômes suivants peuvent indiquer une infestation de strongloides westeri :


- Irritations de la peau

- Colique

- Poil terne et hirsute

- Diarrhée

- surtout avec les poulains : émaciation et mollesse

3.4. Quand devriez-vous voir un vétérinaire ?

Vous devriez voir un vétérinaire si votre cheval présente un ou plusieurs des symptômes ci-dessus pendant plusieurs jours. Nous vous recommandons également de contacter votre vétérinaire traitant pour obtenir des conseils approfondis sur la bonne manière de déparasiter votre animal.

3.5. Que se passe-t-il lors d’une infestation aux strongloides westeri ?

Les larves sont ingérées par le lait maternel, mais aussi pendant le pâturage, par contact corporel direct, par des aliments et de l'eau contaminés et par des écuries contaminées. L'hygiène dans les écuries et les boxes doit donc être assurée régulièrement.


Après ingestion, les larves migrent dans le tractus intestinal, percent la paroi de l'intestin et atteignent ainsi la trachée via les poumons. Là, ils sont avalés après avoir toussé. Une fois de retour dans l'intestin, les larves se transforment en vers adultes. Entre le moment de l'infection et l'excrétion des œufs, quelques jours à plusieurs semaines peuvent s'écouler.


La transmission par des infections cutanées est également possible, les larves ne se retrouvant pas dans le tube digestif mais traversant les tissus corporels. Ils s'installent ici et peuvent rester viables pendant plusieurs années.


Chez les juments gestantes, les hormones peuvent entraîner une réorientation des larves, qui migrent alors vers les glandes mammaires et infectent ainsi les poulains.

3.6. Les strongloides westeri sont-ils dangereux pour mon cheval ?

Une infestation de vers est un défi pour le système immunitaire, en particulier pour les poulains et les jeunes chevaux. Les symptômes mentionnés ci-dessus peuvent entraîner une carence en nutriments et donc des troubles du développement. En général, le tube digestif et les tissus sont stressés et endommagés, selon la voie de transmission.

3.7. Les strongles sont-ils dangereux pour nous, les humains ?

Il n'y a aucun danger d'infection par les strongles pour l'homme.

3.8. Termes médicaux

Strongyloides : Nématode qui peut être transmis oralement, mais aussi par la peau.

3.9. Littérature

ESSCAP Guidelines Nr. 8 (2019): A guideline to the treatment and control of equine gastrointestinal parasite infections


Hinney, Barbara, et al. (2011): "Prevalence of helminths in horses in the state of Brandenburg, Germany." Parasitology research 108.5 1083 

4. Vers intestinaux (Habronema muscae, Habronema majus)

Les vers intestinaux, Habronema muscae et Habronema majus (Habronema Spp.), appartiennent à la famille des habronèmes ou des spirures. Ils vivent initialement dans les mouches et, en raison de l'humidité, ils se déplacent, par exemple, sur la bouche du cheval. Ils peuvent atteindre 8 à 25 mm de long.

4.1. Traitement

Vermifugation de la jument pendant ou après la gestation afin que les poulains ne puissent pas être infectés davantage par elle. Administrer un traitement vermifuge approprié au poulain est le seul moyen de garantir la santé du poulain. Le principe actif et le dosage dépendent de la race, du poids et d'autres facteurs.

4.2. Transmission

Les larves de vers sont transmises par les mouches sur les parties humides du corps du cheval comme la bouche, les narines ou les yeux. Elles peuvent être avalées par le cheval et ainsi atteindre l'estomac. Outre les narines et les yeux, elles peuvent également pénétrer dans le corps du cheval par des plaies ouvertes, comme la gale d'été.

4.3. Risques en cas de non-traitement

Les risques en cas de non-traitement sont la pénétration de tubercules de la taille d'un œuf de poule remplis de larves de vers de l'estomac dans la cavité péritonéale (péritoine) avec comme conséquence une péritonite (inflammation du péritoine) souvent fatale.

4.4. Risque avec un traitement approprié 

Si le traitement vermifuge est administré correctement, il y a un risque que le traitement vermifuge ne fonctionne pas en raison d'une résistance ou d'une absorption incomplète. Par conséquent, il convient de procéder à un nouveau test de dépistage des vers deux semaines après l'administration pour s'assurer que le traitement a été efficace.

4.5. Symptômes

Selon le site d'infection, les tableaux cliniques sont différents et difficiles à diagnostiquer. Des tubercules pouvant atteindre la taille d'un œuf de poule peuvent se développer sur la paroi stomacale.

5. Oxyuris Equi

Les oxyures (oxyuris Equi) sont des parasites (endoparasites) vivant dans l'organisme de l'hôte, qui parasitent le gros intestin. Les oxyures femelles migrent dans l'intestin et pondent leurs œufs dans la région anale sous forme de cordons d'œuf collés. Les oxyures mesurent de 1 à 15 cm.

5.1. Traitement

La plupart des médicaments approuvés pour les nématodes (vers ronds) sont efficaces contre les oxyures. Une hygiène rigoureuse dans l'écurie est indispensable, tout comme le nettoyage régulier de la région anale. Il convient d'éviter de donner la nourriture à même le sol.

5.2. Transmission

Les œufs particulièrement résistants des oxyures sont absorbés par la nourriture de l'écurie et par le foin et l'herbe des pâturages. Par conséquent, un troupeau entier est très facilement infesté.

5.3. Risques en cas de non-traitement

En cas de non-traitement, le cheval contaminé risque d’infester d’autres chevaux.

5.4. Risque avec un traitement approprié 

En raison de la longévité des œufs excrétés avant le traitement et du manque d'immunité, il faut s'attendre à une réinfection.

5.5. Symptômes

Les symptômes d’une infestation d’oxyures sont :

- Inflammation intestinale

- Colique

- Grattements au niveau de la queue

- Troubles

- Refus de nourriture

6. Ténia, ver solitaire

Les ténias, également appelés cestodes, sont composés de membres individuels qui ne cessent de croître et forment des chaînes.

6.1. Intensité de l'infestation - Quand faut-il traiter les ténias ?

- Légère infestation (+) / Moyenne infestation (++) / Lourde infestation (+++) : Si votre quadrupède est infesté de ténia, un traitement doit être administré et ce quel que soit le niveau d'infestation, même si aucun symptôme n'est visible.

6.2. Comment se traitent les ténias ?

Les ténias peuvent être traités facilement et efficacement par des traitements vermifuges appropriés. Le principe actif et le dosage dépendent du poids et d'autres facteurs. La vermifugation correcte des jeunes animaux doit être discutée avec votre vétérinaire.

6.3. Symptômes

Une infection par le ténia peut dans certains cas être asymptomatique, surtout en cas de faible niveau d'infestation. Les symptômes suivants peuvent indiquer une infestation de ténia

- Des démangeaisons à l'anus

- inflammation intestinale sanglante

- Diarrhée (sanglante)

- Selles fréquentes

- Emaciation

- Obstruction intestinale

- Changement au niveau des organes

6.4. Quand devriez-vous voir un vétérinaire ?

Vous devriez voir un vétérinaire si votre animal présente un ou plusieurs des symptômes ci-dessus pendant plusieurs jours. Nous vous recommandons également de consulter votre vétérinaire de confiance pour obtenir des conseils approfondis sur la gestion appropriée des vermifuges.

6.5. Que se passe-t-il en cas d’infestation de ténias ?

Les larves de ténia sont transmises par des aliments, des matières fécales ou de l'eau contaminés, mais aussi par contact corporel direct, et sont ingérées par exemple en reniflant.


Après ingestion, les larves continuent à se développer en vers de quelques millimètres de long, qui se fixent à la paroi intestinale et repoussent les segments de leur corps (proglottides) remplis de paquets d'œufs. Les emballages contiennent de 15 000 à 100 000 œufs.

Les ténias n'excrètent leurs paquets d'œufs que très irrégulièrement, c'est pourquoi ils sont rarement détectables dans les matières fécales. Ils sont également difficiles à identifier au microscope, car ils sont souvent encore entourés par les segments du corps. De ce fait, les ténias sont identifiés comme "aléatoires" dans notre test des vers.


Au microscope, il n'est pas possible de différencier les différents types de ténia. Pour cela, des techniques moléculaires sont nécessaires. Cependant, l'ingrédient actif du vermifuge reste le même pour les différentes espèces de ténia.

6.6. Les ténias sont-ils dangereux pour mon cheval ?

Si l'infestation de ténia se limite au tractus intestinal, les conséquences sur la santé sont moins dramatiques et peuvent provoquer de graves diarrhées, des douleurs à l'estomac et des démangeaisons de l'anus. Dans la plupart des cas, l'évolution de la maladie reste la même.


Selon le type, les vers peuvent également infecter des organes tels que le foie, les poumons et même le cerveau via le système sanguin. Cela conduit à de graves maladies d'organes aux conséquences parfois fatales.

6.7. Les ténias sont-ils dangereux pour les humains ?

Les humains peuvent également être infectés en tant qu'hôtes intermédiaires. Les œufs de vers sont souvent ingérés en caressant et en jouant avec les animaux, mais aussi par de la nourriture, de l'eau ou des objets contaminés.


Chez l'homme, d'autres organes sont souvent infectés, dans lesquels se forment des kystes qui se propagent dans tout l'organisme et ressemblent au tableau clinique d'une tumeur maligne. Une telle infection par le ténia est également connue sous le nom d'échinococcose. Les poumons et le système nerveux peuvent également être touchés. Non traitée, cette infection entraîne la mort dans 90 % des cas.

6.8. Termes médicaux

Proglottides : membres qui composent les ténias.


Cestoda : Classe de ténia, dont certaines sous-espèces (par exemple le ténia du renard) peuvent causer des maladies à déclaration obligatoire.


Kystes : espaces creux dans les tissus remplis de liquide. Ils provoquent des symptômes différents, selon le tissu affecté.


6.9. Littérature

Storch, Volker, and Ulrich Welsch (2014): Kükenthal-Zoologisches Praktikum. Springer-Verlag


Dyachenko, Viktor, et al. (2008): "Echinococcus multilocularis infections in domestic dogs and cats from Germany and other European countries." Veterinary parasitology 157.3-4: 244-253


ESCCAP Guidelines Nr. 1 (2018), Worm control in dogs and cats.


Erwin Kuntz und Hans-Dieter Kuntz (2003): Parasitic infections and the liver. In: Erwin Kuntz und Hans-Dieter Kuntz: Hepatology. Principles and Practice. 2nd 

Edition. History, Morphology, Biochemistry, Diagnostics, Clinic, Therapy. Springer Verlag, Berlin, Heidelberg, S. 485-504.


Barutzki, D. und Schaper, R. (2003): Endoparasites in dogs and cats in Germany 1999-2002. Parasitol Res. 90: 148-150.


Diercke, Michaela (2018): "Infektionsepidemiologisches Jahrbuch 2017 neu erschienen."

7. Vers pulmonaires

C'est un parasite qui attaque les poumons et le cœur des chevaux. Les espèces les plus connues sont *Angiostrongylus vasorum*, *Crenosoma vulpis* et *Euroceus aerophilus*.

7.1. Intensité de l'infestation - Quand faut-il traiter les vers pulmonaires ?

Les vers pulmonaires ne peuvent pas être détectés par un échantillon de fèces, car ce ne sont pas les œufs mais les larves de vers qui sont excrétées. Les larves de vers décrivent le stade de développement entre l'œuf du ver et le ver adulte. Au microscope, ils ne peuvent pas être clairement différenciés et ne peuvent donc pas être attribués à une espèce de ver spécifique. Pour cela, des techniques de biologie moléculaire sont nécessaires.


Pour tester la présence de vers pulmonaires, nous utilisons la méthode de migration des larves dans notre test de vers Plus.


Notre examen des vers pulmonaires peut aboutir à quatre résultats différents :

- Pas d'infestation (-) : Dans ce cas, vous n'avez pas besoin de commencer le traitement.

- Infestation légère (+) / Infestation moyenne (++) / Infestation grave (+++) :Si votre quadrupède est infesté de vers pulmonaires, il faut le traiter, quel que soit le niveau d'infestation, même si aucun symptôme n'est visible.


7.2. Comment se traitent les vers pulmonaires ?

Les vers pulmonaires peuvent être traités simplement et efficacement avec des traitements vermifuges appropriés. Le principe actif et le dosage dépendent du poids et d'autres facteurs. La vermifugation correcte des chiots doit être discutée avec votre vétérinaire.


Remarque : même s'il est administré correctement, il existe un risque résiduel que le traitement vermifuge ne fonctionne pas en raison d'une absorption incomplète. Pour garantir la réussite du traitement, il est recommandé de tester à nouveau les vers 3 à 4 semaines après l'administration.

7.3. Symptômes

Dans certains cas, surtout lorsqu'il y a peu de parasites, une infestation par des vers pulmonaires peut être asymptomatique. C'est pourquoi il est important de procéder à des tests réguliers. Les symptômes suivants peuvent indiquer une infestation de vers pulmonaires :

- Toux et essoufflement

- Anomalies neurologiques

- Perte de poids

- Crampes abdominales

- Hypertension artérielle dans les poumons

- Trouble de la coagulation sanguine

- Pneumonie

7.4. Quand devriez-vous voir un vétérinaire ?

Vous devriez voir un vétérinaire si votre cheval présente un ou plusieurs des symptômes ci-dessus pendant plusieurs jours. Nous vous recommandons également de consulter un vétérinaire de votre choix pour obtenir des conseils approfondis sur la bonne manière de déparasiter votre animal.

7.5. Que se passe-t-il en cas d’infestation de vers pulmonaires ?

Les larves sont absorbées par des hôtes intermédiaires (escargots, amphibiens, etc.) en s'en nourrissant et pénètrent donc d'abord dans l'intestin. De là, ils traversent la paroi intestinale, pénètrent dans les vaisseaux lymphatiques du corps et migrent vers le cœur et les poumons. Ils s'installent dans les artères pulmonaires et le ventricule droit du cœur. Les femelles excrètent leurs œufs, d'où éclosent de nouvelles larves qui irritent les alvéoles et sont ensuite toussées. Si elles ne sont pas recrachées, elles retournent dans le tube digestif après avoir été avalées et sont excrétées.

7.6. Les vers pulmonaires sont-ils dangereux pour mon cheval ?

En plus des symptômes mentionnés ci-dessus, la mort peut également résulter d'une occlusion soudaine du cœur ou des artères pulmonaires. De la même manière, une pneumonie prolongée peut avoir des conséquences durables telles qu'une carence en nutriments, une perte de poids et des problèmes circulatoires et respiratoires. Dans de rares cas, les larves migrent également vers d'autres organes, par exemple vers le cerveau, les reins et la vessie, ou même vers les yeux. Ils y provoquent des lésions tissulaires considérables.

7.7. Les vers pulmonaires sont-ils dangereux pour les humains ?

Pour l'homme, il n'y a pas de danger d'infection par les vers pulmonaires des chevaux.

7.8. Littérature

ESCCAP Guidelines Nr. 1 (2018), Worm control in dogs and cats.


Maksimov, Pavlo, et al. (2017): "GIS-supported epidemiological analysis on canine Angiostrongylus vasorum and Crenosoma vulpis infections in Germany." Parasites & vectors 10.1: 108.

8. Douve du foie

8.1. Que se passe-t-il si votre animal a une douve du foie ?

La douve du foie est libérée dans l'intestin et atteint la bile, le foie et les canaux pancréatiques via le duodénum. Une infection peut être détectée par des examens fécaux réguliers.

8.2. Les douves du foie sont-elles dangereuses pour mon cheval ?

L'infection de la douve du foie est généralement asymptomatique, mais si l'infection est grave, elle peut provoquer des malaises gastro-intestinaux ou une insuffisance hépatique, entraînant une cirrhose ou un ictère. Une infection chronique peut également entraîner un cancer du foie.

8.3. Les douves du foie sont-elles dangereuses pour nous, les humains ?

Les humains sont parfois infectés par la douve du foie. Afin d'éviter une infection par la douve du foie, il est donc important de vermifuger votre animal régulièrement et précisément.

8.4. Traitement de la douve du foie

Pour déterminer si votre animal est infecté par la douve du foie, une analyse des selles doit être effectuée. Si votre animal est infesté, il est nécessaire de le vermifuger.

8.5. Littérature

Schuster et al., 1999: Opisthorchis felineus, Ancylostoma tubaeforme und Aelurostrongylus abstrusus - 3 selten diagnostizierte Parasiten bei einer einheimischen Hauskatze.


Pozio et al., 2013: Opisthorchis felineus, an emerging infection in Italy and its implication for the European Union


Schuster et al., 2007: Liver flukes in dogs and treatment with praziquantel


Hering-Hagenbeck and Schuster, 1996: A focus of opisthorchiidosis in Germany


Partenariats :